jeudi 18 août 2016

Israël est « plus proche que jamais de sa fin »

Le Hezbollah est un groupe composé de véritables tarés d’Allah. Ses seuls ‘’chefs-d’œuvre’’, que nul ne compte plus, sont gorgés du sang des mécréants et/ou des infidèles à l’Islam chiite, elle aussi religion de ‘’Paix, d’Amour et de Tolérance’’ selon l’adage en cours dans le politiquement correct.

Cette ligue pour Allah apprécie particulièrement le sang du Juif. D’autant plus lorsqu’il est de nationalité israélienne.

Dans une interview télévisée sur Mayadeen TV le 8 août dernier, le chef du conseil exécutif du Hezbollah, Hachem Safieddine, a déclaré qu’ « Israël est plus proche que jamais de sa fin ».

« Quelle sera la bataille militaire qui rasera Israël » s’interroge t-il ? « La guerre est une combinaison de facteurs : le moral, la volonté de combattre, la persévérance et la supériorité effective sur le terrain. Lorsqu’Israël perd ces facteurs, il est vaincu ».

Allégation effaçant le souvenir de l’année 1948 et de la raclée militaire subie par cinq armées arabes, toutes désireuses de raser Israël à l’aube de sa renaissance. Une volée donnée par une poignée d’hommes et de femmes juifs sans beaucoup de moyens militaires mais placés le dos au mur. 

Imaginer, après cet acte héroïque, ce miracle, que les Israéliens d’aujourd’hui, par lassitude ou démoralisation, redeviendraient dans le futur des dhimmis ou des apatrides est un ‘’rêve’’ qui les tiendra, encore très longtemps, éveillés !

Il y a des propagandes qui font sourire ! Mais là n’est pas le plus important de la réflexion !


Le substantiel de l’interview est de réfléchir à ce qu’apportera à la région et à l’humanité la destruction, tant souhaitée, de cet état ?

Les ‘’Palestiniens’’ auront finalement ‘’récupérer leur pays volé’’, et le monde serait définitivement débarrassé de ce conflit. La ‘’Palestine’’ s’installera aux manettes de l’ex-Israël et tentera de le faire fonctionner aussi bien. Sauf que la main-d’œuvre qualifiée risque de manquer à l’appel, l’Israélien préférant être apatride que soumis à l’humeur de la dictature naissante. Les ‘’Palestiniens’’ se retrouveront donc avec un pays retournant, lentement mais surement, à l’état primitif dans lequel les pionniers juifs l’ont trouvé il y a plus d’un siècle.

Une contrée rejoignant, au final, les niveaux économiques, intellectuels et culturels des pays frères. Piètre victoire !

La sécurité du peuple juif, quant à elle, serait soumise aux bons vouloirs des puissants de la planète. Le passé ne plaidant pas en faveur des démocraties, souvent oublieuses des droits de l’homme lorsque leurs intérêts sont menacés, des drames, fatalement, seront à inscrire à leurs actifs.

Au niveau de l’humanité, la perte serait une autre tragédie car la liste des domaines où les Israéliens excellent est longue.

- L’expertise israélienne dans l’agriculture mise, notamment, au service de pays africains affamés serait réduite à rien.
- La médecine universelle se trouverait handicapée d’un apport reconnu par les plus grandes sommités et instances médicales.
- L’informatique régresserait par la disparition de la Silicon Valley juive.
- Les technologies robotique, spatiale ou encore de dessalement de l’eau de mer se trouverait dépouillées d’une très florissante contribution.

Sans oublier l’enrichissement culturel et la défense constante des valeurs universelles, telle la démocratie -l’égalité hommes-femmes, hétéros-homos, religieux-athée, juif-musulman-chrétien- ou la Paix entre les peuples de bonnes volontés.

dimanche 7 août 2016

Rions de Mahmoud Abbas

Sous ses traits austères, le Président (à vie) de l’Autorité palestinienne (AP) est un sacré comique. Ne sachant pas par quel bout obtenir l’éradication du seul état juif de la planète, il a demandé « au Secrétariat Général de la Ligue arabe de nous aider à préparer un dossier juridique pour intenter une procédure contre le gouvernement britannique, pour avoir émis la Déclaration Balfour et l’avoir mise en œuvre, en qualité d’autorité mandataire ».

Car « cette déclaration maudite (…) a été donnée par ceux qui ne possédaient pas [la Palestine] à ceux qui ne la méritaient pas », c'est-à-dire au peuple juif. 


Porter plainte contre cette lettre d’intention de 1917, c’est s’en prendre également à la décision de la SDN qui a avalisé le 25 avril 1920, lors de la Conférence de San-Remo, la décision de créer ce foyer juif sur la Palestine du mandat qui s’étalait, alors, de la Mer Méditerranée à l’Irak.

Mais là n’est pas le plus risible !

La seule juridiction compétente pour instruire ce procès serait, en conséquence, la Cour Internationale de Justice, (CIJ).

A elle s’offrirait trois jugements éventuels :

Le premier serait d’aboutir à un verdict conforme aux espérances ‘’palestiniennes’’. L’Etat d’Israël serait aussitôt effacé de la carte et le territoire serait, définitivement, remis aux véritables propriétaires. 

Il ne restera plus qu’à les trouver !

Exit, pour la recherche, tous les colonisateurs s’étant abusivement approprié cette région. La Grande Bretagne en sera exclue mais aussi la Turquie, les Arabes, l’Italie, la Grèce ou encore l’Iran.

Les seuls à pouvoir prétendre à une pleine propriété pour y avoir créé leur état, leurs administrations, leur monnaie, leur drapeau ou encore leur culture ne sont pas les ‘’palestiniens’’, dont nul n’a, à ce jour, retrouvé un quelconque passé dans les millénaires précédents, mais le peuple juif qui y vécut plus d’un millier d’années avant qu’il ne soit déporté à travers la planète par les colonisateurs successifs.

Une vie si riche dont on trouve encore trace à ce jour sur ce territoire et un peuple qui, même minoritaire, y a toujours vécu au fil des siècles et des différentes occupations. Un verdict, en somme, qui contraindrait dans les faits à reconnaître toute la légitimité de l’actuel Etat d’Israël, état du peuple juif.

Chacun imaginera alors la bouffonnerie de cette situation !

jeudi 28 juillet 2016

Charles Enderlin, l’islamogauchiste

L’ancien envoyé permanent de France 2 à Jérusalem tweet beaucoup. Son dernier message confirme le dégoût qu’inspirent ses préférences politiques. Dans son dernier post, son islamogauchisme déborde tant qu’il en vient à comparer l’Islam radicalisé à la « politique israélienne ».

Une politique qui, de tous temps, réagit lentement et après mûre réflexion, et qui n’a rien à voir, ni de près ni de loin, avec les terroristes musulmans qui assassinent hommes, femmes, enfants et vieillards pour convertir la planète à l’Islam et/ou rejoindre, au plus vite, le ‘’paradis d’Allah’’.

Mais là n’est pas le plus risible !


Charles Enderlin est choqué par l’exigence imposée à la communauté musulmane de « choisir son camp » !!! 

Le camp du bien ou du mal ? De la vie ou de la mort ? Ce choix est-il offert ?

La communauté musulmane ne doit-elle pas favoriser le bien et la vie en rejoignant, d’elle-même, les forces de la nation afin de contrer et maitriser au mieux les fanatiques qu’inspire sa religion ? Les millions de musulmans n’ont-ils pas l’obligation morale de soutenir leurs concitoyens en dénonçant et en excluant les extrémistes de leur bord et en manifestant leurs mépris et leurs révoltes à leur égard ?

La simple logique l’impose !

Si non, le contraire pousserait à l’amalgame, à l’idée d’un soutien voire d’une connivence et, en conséquence, aux réactions hostiles prévisibles de la part des Français de souche mais aussi de la part de tout occidental à l’encontre de tout musulman, qu’il soit ‘’au gouvernement, dans l’opposition, médecin, enseignant, travailleur social, infirmier, etc.… ‘’, athée ou croyant.

La méfiance, alors, deviendra la règle, la vie paisible un vieux souvenir !

lundi 25 juillet 2016

Les pro-‘’palestiniens’’ s’affolent

Les attentats terroristes se succédant à une fréquence de plus en plus proche, plusieurs gouvernements occidentaux se tournent dorénavant vers l’Etat d’Israël, confronté au terrorisme ‘’palestinien’’ depuis de nombreuses décennies, afin de prévenir, au mieux, toutes atteintes aux personnes et aux biens de leurs territoires.

Ce qui déplaît très fortement aux pro-‘’palestiniens’’ voyant en cela un rapprochement nuisant à leurs narratifs mensongers et donc à leurs intérêts.


Ainsi, l’Association France Palestine Solidarité (AFPS), s’est élevée, dans une tribune diffusée sur Ouma.com, contre l’insulte faite « aux victimes et à leurs familles qui méritent autre chose que ce genre de business sur leur dos ».

Un ‘’business’’ affirmant que l’Etat d’Israël a « les mêmes ennemis » que les Occidentaux ! Une approche énoncée par de plus en plus de politiques, d’intellectuels et de médias qui, par la bande, mettent fin à l’image de « résistants » des ‘’palestiniens’’. 

Une comparaison avec l’ignominie qui, évidemment, dessert leur combat.

« Non, nous ne sommes pas confrontés à la même situation : ce n’est pas à l’organisation de l’"Etat Islamique" que l’Etat d’Israël est confronté, mais à un peuple, le peuple palestinien, dont il continue à confisquer la terre, qu’il occupe, colonise, assiège, et plonge dans la misère et la révolte »

Récit systématique d’un narratif fictif qui, petit à petit, lasse les bonnes volontés faute d’avoir démontré un jour la réalité du passé de ce ‘’peuple’’, l’existence d’un quelconque pays sur ces territoires et donc son appropriation, ou même l’occupation israélienne des contrées dénommées, depuis les temps bibliques, Judée et Samarie

Une région toujours habitée par les Juifs sauf lors des différents nettoyages ethniques entrepris à leur encontre par les occupants, la Jordanie parachevant cette triste liste.

Un endoctrinement qui, au fil du terrorisme musulman, s’évaporera de plus en plus face à la juxtaposition des images sanglantes incrustées profondément dans la mémoire collective. Le sang des Israéliens giclant dans les bus, les magasins ou les cafétérias étant le même que celui coulant dans un club gays d’Orlando, un théâtre parisien ou un spectacle de rue niçois. Les peines des familles et le traumatisme des survivants, souvent blessés gravement, aidant à cette comparaison transfrontalière.

L’image d’un ‘’terrorisme de pauvres’’ a fait long feu !

lundi 18 juillet 2016

Avis de tempête pour les musulmans de l’Occident

Tous les musulmans ne sont pas des terroristes, mais tous les terroristes sont musulmans car se réclamant très fort de l’Islam et du Coran. Ne pas faire d’amalgames entre le croyant et le fanatique, pour un observateur non musulman, devient en conséquence de plus en plus difficile si ce n’est impossible.

Pour l’empêcher, aux paisibles adeptes de l’Islam vivant en Occident de convaincre dorénavant tous leurs concitoyens de leur abjection totale envers cette violence et de leurs réels désirs de vivre ensemble. 

Ce qui n’est actuellement pas le cas, la communauté musulmane se terrant et leurs autorités se suffisant d’une opposition à toute confusion. Une attitude qui ne contente guère, voire soulève des suspicions de complicité à l’égard de cette société religieuse vivant en cloisons fermées et selon ses seuls us et coutumes.

- Celle-ci se doit donc de condamner sans appel et bruyamment tout acte barbare. Du simple assassinat au couteau aux meurtres à la chaîne dans un théâtre ou dans un supermarché, quels que soient les personnes visées.

- Il lui faut organiser des manifestations géantes démontrant que la quasi majorité de celle-ci n’accepte pas cette bestialité et que les terroristes n’agissent pas en son nom.

- Ses intellectuels se doivent de pétitionner dans les médias et batailler contre cet Islam désireux de ramener l’humanité à l’âge de pierre.

- Ses Imams doivent instruire leurs coreligionnaires de la désapprobation sans appel de la communauté, exclure les croyants radicalisés puis les dénoncer aux autorités locales et nationales.

- Les mosquées refusant de se plier à ce vivre ensemble devant être fermées.

- Enfin, les autorités musulmanes doivent combattre le politiquement correct, le ‘’pas d’amalgame’’ en cours dans les monde politique, médiatique et intellectuel, interdisant, de fait, toutes réactions saines à l’encontre de cette barbarie musulmane qui s’étend de jour en jour à travers la planète.

Pas d’amalgame !

Les fidèles musulmans se doivent de contraindre tout ce petit monde fétide, chacun à la recherche d’une clientèle, d’agir dans ce sens afin de réduire à rien tout soupçon de complicité à leur égard voire d’allégeance.

C’est seulement ainsi que nul ne pourra plus faire de juxtapositions arbitraires.

jeudi 30 juin 2016

La Mairie de Bondy réhabilite le boycott contre le Juif

L’équipe municipale de la ville de Bondy, située à l’est de Paris et d’idéologie de gauche, a émis, le 23 juin dernier, le vœu de « vérifier (la) traçabilité des produits et des services qu’elle propose à sa population ». « Plus précisément, les marchandises produites dans les colonies israéliennes en Palestine, reconnues par le droit international comme illégales, (et qui) sont proposées sur le marché français comme venant d’Israël ». 

« C’est évidemment faux, la Palestine n’est pas Israël, et les colonies installées en violation des règles internationales par la puissance occupante, n’ont aucun droit de se prévaloir comme étant partie intégrante de l’État israélien ».

Présenté de la sorte, ce vœu émis sur un objet d’intérêt local espère éviter l’accusation de boycott illicite du seul état juif. Ce qui est cependant le cas, l’Etat d’Israël étant, semble-t-il à ce stade, le seul sujet international préoccupant la mairie !

La Maire Sylvine Thomassin sous le portrait du plus grand assassin de Juifs depuis Hitler

Pour accompagner cette décision inique, le vœu donne l’apparence de s’appuyer sur les textes de lois internationales légitimant cette ‘’juste’’ décision. 

Hors que, l’analyse exacte des textes cités disent tout-à-fait autre chose !

- « Considérant que les colonies israéliennes sont illégales selon le droit international et sont assimilées comme un crime de guerre conformément à l’Article 49-6 de la Quatrième Convention de Genève et conformément à l’Article 55 du Règlement de la Haye »

Outre que ces deux textes parlent de l’occupation d’un état constitué, bien malin sera celui qui pourra fournir une loi internationale confirmant que ces territoires appartiennent d’ors et déjà aux ‘’Palestiniens’’, que les frontières de leur pays sont celles de « 1967 », que leur Capitale est Jérusalem-Est et que celui-ci se doit d’être judenrein !

De surcroît, nul ne peut retracer leur ‘’passé si riche’’ sur ces territoires ! Bien que l’Autorité palestinienne ait construit un musée pour cela, il est à ce jour toujours aussi vide.

Seul, donc, l’anti-israélien primaire en déduira juridiquement ‘’l’illégalité’’ des villes et villages israéliens situés en Judée et en Samarie. Termes n’ayant rien à voir avec un quelconque passé ‘’palestinien’’ et ayant servi à établir la résolution 181 de 1947.

Inscrivez-vous pour recevoir par courriel les nouvelles publications du blog

- « Considérant les Résolutions 242 (1967) et 338 (1973) du Conseil de Sécurité de l’ONU exigeant qu’Israël se retire entièrement des territoires qu’il occupe »

Seul le parti pris anti-israélien épaule ce vœu ! La résolution 242 affirme seulement un retrait « DE territoires » pour que l’Etat d’Israël puisse, finalement, se construire des frontières « sûres » afin d’empêcher les terroristes ‘’palestiniens’’ de traverser la frontière internationale et de commettre leurs actes barbares contre les civils. 

Quant à la résolution 338, elle exige l’arrêt immédiat de l’agression arabe de 1973 contre l’état juif et renvoie les belligérants à la table de négociation autour de la résolution 242.

Ces deux résolutions confirment, là encore, que les « colonies » ne sont pas illégales puisque pouvant, dans le futur, se retrouver sur un territoire devenu israélien.

- « Considérant la Résolution 465 (1980) du Conseil de Sécurité de l’ONU appelant tous les États à ne fournir à Israël aucune assistance ayant un lien avec les colonies dans les territoires occupés »

Tout fait ventre, quitte même à se prendre pour un état ! L’antisémitisme de cette municipalité se confirme.

- « Considérant que la Cour Internationale de Justice a confirmé en 2004 que les colonies israéliennes dans les territoires palestiniens occupés (dont Jérusalem-Est) ont été fondées en violation du droit international »

Autre mensonge ! Cet avis de la Cour de Justice Internationale n’a rien « confirmé » du tout puisque consultatif. Un avis resté lettre morte depuis 2004. De surcroît, le sujet de celui-ci est la clôture de sécurité et non pas les « colonies ».

vendredi 24 juin 2016

Le Parlement Européen ovationne l’antisémitisme

Le Président de l’Autorité palestinienne a prononcé le 23 juin un discours devant le Parlement européen. Une causerie ayant comme seul objectif de salir, une fois de plus, l’Etat d’Israël aux yeux du monde. Un exposé qui rappelle le ‘’ bon vieux temps’’ où le Juif était accusé de tous les maux.

Une parlotte qui démontre, par l’analyse, que « plus jamais ça » est encore au stade du rêve !

Ce Président à vie, tenant d’une dictature où le meurtre du Juif est encouragé et le mensonge est roi, a affirmé aux députés européens que « La Palestine et le peuple palestinien subissent un meurtre de masse à une échelle sans précédent (...) au nez et à la barbe de la communauté internationale ».

Chacun aura beau cherché, le quidam aura bien du mal à comprendre qu’un ‘’peuple’’ subissant depuis 1967, soit quarante-neuf années, tantôt un ‘’massacre’’, parfois un ‘’génocide’’ de la part de l’armée israélienne se soit autant multiplié depuis !

Chacun connaissant les capacités militaires israéliennes ne pourra en déduire que la hauteur de cette calomnie.

Inscrivez-vous pour recevoir par courriel les nouvelles publications du blog

Ne se contentant pas d’insulter l’intelligence, il assura, de surcroît, que des hommes politiques israéliens très haut placés ont dénoncé, et donc confirmé le ‘’fascisme’’ montant dans leur société.

L’un d’entre eux, l’ancien ministre de la défense Moshé Yaalon, a aussitôt indiqué que « Non seulement Abu Mazen ment de façon éhontée comme à l’accoutumée, et continue sa diffamation sanglante contre l’Etat d’Israël, mais il profite également du réel, sain, et démocratique débat qui existe dans la société israélienne (et qui n’existe pas dans la sienne), et met des mots que je n’ai pas prononcés dans ma bouche ».